D’après Amazon: “La Chine sera, avant 2020, la première puissance économique du monde. Va-t-elle en prendre la direction politique ? Oscillant entre un nationalisme arrogant et une étonnante discrétion dans le concert des nations, elle émet des signaux contradictoires pour l’opinion internationale. Machiavélisme de ses dirigeants ? Crainte de réveiller le fantôme des années Mao ? Ou, plus prosaïquement, absence de vision d’une élite avant tout préoccupée par ses problèmes ? Les dirigeants chinois sont moins unifiés qu’on ne l’a cru ; ils sont inquiets de leur légitimité et du fossé grandissant avec la population.

Nourri des voyages de François Godement en Chine et de sa connaissance intime de son histoire, ce livre en décrypte les différentes facettes : des dessous de l’affaire Bo Xilai aux soubresauts qui agitent le Parti communiste chinois, des succès éclatants d une économie hybride à l’aggravation non moins inquiétante des inégalités sociales, se dessine le portrait d’une Chine convulsive, inquiète et qui n a pas achevé sa mue. Chacun perçoit que l’immobilisme politique est confronté à des attentes grandissantes de la société chinoise, individualiste et curieuse.

Ce livre le montre : si le monde attend la Chine, celle-ci pourrait encore bien le surprendre…

Partant de l’affaire Bo Xilai, François Godement dévoile les multiples facettes de la Chine, puissance internationale montante après des années de renfermement. Le portrait est cru, parfois brutal mais toujours objectif: il fait état d’un pays qui projette une image internationale en décalage avec la réalité politico-économique à l’intérieur des terres, et qui peine à trouver sa place dans le monde.

Cet ouvrage surprend sur beaucoup de plans, car François Godement offre une vision bien différente de ce que la plupart des commentateurs, journalistes ou écrivains donnent de la Chine: tout d’abord, malgré son poids économique, le pays n’a que peu de pays amis et reste décidément tourné vers l’intérieur, où il reste encore beaucoup de progrès à faire. Il décrit ensuite un pays fragmenté, une gouvernance politique divisé, des intérêts commerciaux opposés, une société déboussolée et un système dirigiste opaque dans lequel chacun peut interpréter comme il le souhaite les ambigüités volontaires des politiques gouvernementales.

Ainsi, les réformes économiques de Zhu Ronji n’ont pas été des réformes libérales à l’occidentale, mais ont débarrassées de l’appareil productif de l’état les entreprises les plus en avals et les moins performantes pour concentrer le contrôle du parti sur les monopoles plus en amont. Les relations avec le Japon ne se sont envenimées qu’après les évènements de Tiananmen, opérant un volte face après de 20 ans de relations amicales et de volonté de dépasser l’histoire récente. Et les boycotts et manifestations orchestrées par le gouvernement surprennent tant par leur intensité que par la vitesse à laquelle elles sont étouffées.

Malgré une très bonne analyse politique, cet ouvrage ne couvre que rapidement les déséquilibres économiques et si il met en avant les inégalités grandissantes à l’intérieur du pays, il ne s’étend que peu sur les conséquences d’une économie tirée par les investissements. Les années qui viennent vont être cruciales pour la Chine, et il reste à voir comment le parti unique va répondre aux défis d’une économie intoxiquée par la dette et dont la majorité de la population voit les inégalités mais ne peut prétendre à une justice économique. Une fois que les contradictions économique éclateront, les conflits internes (à la fois politiques et économiques) se feront plus saillant.

Reste à savoir quelle voie les dirigeants prendront. Il est cependant clair qu’au milieu dernière décennie, alors que la Chine gagnait en puissance politique et économique a une vitesse fulgurante, les dirigeants ont refuse une ouverture politique. C’est au contraire un renforcement du parti unique qui s’est opéré, avec une répression écrasante d’efficacité de toutes formes de contestations. Reste a savoir si les nouvelles technologies, tant vantées en tant qu’outils démocratiques dans les sociétés occidentales, auront quelconques résultats. 503 million d’utilisateurs de Weibo (et seulement 30 à 40 millions de reguliers) vs. US$125 milliards de depenses dans la sécurité intérieure (+8.7% en 2012): faites vos jeux.

François Godement livre ici un ouvrage complet, perspicace et facile à lire, qui donne la possibilité au lecteur de se faire une idée claire d’un pays qui fait beaucoup parler de lui, mais qui semble tellement paradoxal et complexe qu’il suscite nécessairement des réactions extrêmes.

Si vous désirez pousser plus loin la réflexion, vous pouvez écouter l’émission de France Culture réunissant François Godement et Alain Frachon.

Que veut la Chine

About Carlito Riego

"Great perfection may appear imperfect, but its usefulness is inexhaustible. Great abundance may appear empty, but its usefulness cannot be exhausted. Great correctness may appear twisted, great skills appear crude, great eloquence appear awkward. Activity conquers cold; inactivity conquers heat. Clear serenity governs the world." - Lao Zi