En 1997, Christophe de Ponfilly retourne pour une fois de plus en Afghanistan, qu’il a filmé pendant de nombreuses années lors de la guerre contre l’Union Soviétique, puis lors de la fragile tentative de coalition des Mujahideen au début des années 1990. Cette fois, c’est dans un état d’esprit bien différent qu’il revient: une fois de plus, le pays est en guerre. Une fois de plus, les puissances régionales et internationales s’opposent à travers diverses factions Afghanes, pions d’un jeu qui les dépassent. La longue descente en enfer continue. Toujours plus de morts, de destructions, de souffrances, le résultat de décisions prisent bien loin de là, à Islamabad, Washington, et Ryadh.

Massoud  a du se retirer dans la vallée du Panjshir face aux Talibans soutenus par les Pakistanais, aidés par des fanatiques Arabes, et financés par les Américains et les Saoudiens. Il continue sa lutte, aidé en partie par l’ennemi d’hier, la Russie, qui voit en lui le dernier rempart contre le fanatisme islamique, tant encouragé par les Américains et les Pakistanais, qui pourrait inciter des insurrections similaires à l’intérieur de ses frontières.

Dans ce film, Christophe de Ponfilly revient sur son parcours, ses précédentes expériences, et nous plonge dans un monde qui ne semble connaître que la guerre entre des hommes qui n’ont connus que la guerre. Dans un pays où l’on se bat depuis que l’on est petit, peut on trouver une solution politique ? L’invasion des Américains à l’aube des attentats du 11 Septembre ne fait qu’aggraver les choses. Toujours plus de morts, de destructions, de souffrances. Fallait-il cependant laisser le pays devenir le refuge des fanatiques islamistes ? Il aurait surtout fallu voir plus loin que le bout de son nez. A force de vouloir combattre ‘l’Empire du Mal’ (l’URSS) à tout prix, de choisir les alliés les plus dangereux, les financer, et les entrainer, l’Ouest a créé son propre démon.

Massoud, lui, n’a pas reçu d’aide de l’Occident pendant la guerre contre les Soviets. Ni lors de la guerre civile qui suivra. Au contraire, les Américains lui demandent de se rendre aux Talibans plusieurs fois, et continuent de financer ses ennemis via le Pakistan. Alors que Bin Laden multiplie les attentats contre les intérêts Américains autour du monde, ceux ci réalisent trop tard qu’ils financent leur propre cauchemar et se décideront finalement à le supporter en… Août 2001.

Bien trop tard, Massoud mourra moins d’un mois après, juste avant le 11 Septembre -attaque dont il semble qu’il avait eu vent (sans en connaître les détails) et avait prévenu l’Ouest en Avril de la même année. La vie d’un des guerriers les plus réfléchit et mature de l’Afghanistan s’achèvera dans un hélicoptère le transportant vers un hôpital militaire du Tajikistan. Une bien triste fin pour un si grand homme. Massoud se sera battu toute sa vie pour sa vision de l’Afghanistan. Il mourra pour elle, loin de tous, isolé, dans sa vallée qu’il aimait tant. Plus de 10 ans après, la guerre continue en Afghanistan. Pour combien de temps encore ?

Avant de regarder ce film, il est préférable de regarder ces mini-documentaires qui aident à mettre en perspective:

Afghanistan 1989 – La guerre contre l’URSS vient de se terminer mais le gouvernement fantoche que les Soviets ont laissé en place continue de résister contre les différentes factions de Mujahideen. Il faudra attendre la chute de l’Union Soviétique pour que l’aide stoppe et que le gouvernement tombe.

Commander Massoud’s Struggle – En 1992, Massoud se bat désespérément pour unifier les Afghans et former un gouvernement qui puisse fonctionner. Malheureusement, incapable de s’unir politiquement, la guerre civile éclatera de plus belle en 1996.

About Carlito Riego

"Great perfection may appear imperfect, but its usefulness is inexhaustible. Great abundance may appear empty, but its usefulness cannot be exhausted. Great correctness may appear twisted, great skills appear crude, great eloquence appear awkward. Activity conquers cold; inactivity conquers heat. Clear serenity governs the world." - Lao Zi